INFO-COVID

par Dr Martin Lanoue
29 vues

EN RÉSUMÉ

Les informations retrouvées dans cet article sont basées sur les données les plus récentes en date de la publication ou de la dernière mise-à-jour, mais pourraient changer selon la situation épidémiologique ou selon de nouvelles études. Continuez à rester informés via les conférences de Presse du gouvernement et en visitant leur site internet.
Regardez aussi les autres articles sur la covid-19 présents sur ce site web pour plus d’informations.

Vos ressources sur la covid-19 en un seul clic: https://aucoeurdemasante.ca/ressources/covid-19/

NOUVEAUX VARIANTS

L’arrivée de nouveaux variants (Ba.2, Ba.4, Ba.5 par exemple) provoquent une hausse des cas actuellement, comme vous l’avez peut-être constaté. D’ailleurs, l’étude des eaux usées nous permet de le confirmer et vous pouvez voir les résultats de l’INSPQ en visitant leur site web.
Ces variants sont nettement plus contagieux que les précédents. Ba.2 par exemple, est 50% PLUS contagieux qu’Omicron. Une personne infectée aurait le potentiel d’en infecter 12 autres, le rendant ainsi presque aussi contagieux que la rougeole. Actuellement, durant l’été 2022, c’est le variant Ba.5 qui semble être prédominant dans la population.

Pour avoir tous les détails sur la période d’isolement en cas de contact ou de test positif à la covid-19, visitez le site web du gouvernement pour les dernières modifications. Sachez cependant que la période pendant laquelle nous sommes considérés contagieux est de 10 jours. Il est donc important de limiter ses contacts, d’éviter de visiter des personnes vulnérables ou d’aller à des réceptions ou des rendez-vous si vous avez encore des symptômes et même durant toute la durée de contagion présumée (10 jours).

Durant l’été, privilégiez les rencontres à l’extérieur, surtout avec les personnes à risque!

VACCINATION
Heureusement, malgré sa grande contagiosité, Ba.2 ne semble pas plus virulent qu’Omicron. Aussi, sans éviter l’infection, la vaccination protège encore très bien, autant chez les adultes que chez les enfants, contre les complications graves de la maladie, les hospitalisations, ainsi que les décès. En effet, une personne non vaccinée est beaucoup plus à risque de développer ce genre de problème.
Avec la montée des cas, la 3e dose est nécessaireSi vous ne l’avez pas encore prise, vos médecins de famille vous la conseillent fortement.
Une 4e dose est suggérée pour les personnes à risque, mais est disponible actuellement pour tout le monde chez qui la dernière dose du vaccin (ou l’infection par la covid) date de plus de 3 mois.
Surveillez la campagne de vaccination que la santé publique prévoit mettre en place à l’automne, ou vers le mois d’août.

À noter que des études confirment que le vaccin ne représente aucun danger chez la femme enceinte. À l’inverse, attraper la covid-19 pendant la grossesse pourrait occasionner des complications.
Pour plus d’informations sur les vaccins, ainsi que les 2 nouveaux qui ne contiennent pas d’ARN viral, cliquez ici : https://aucoeurdemasante.ca/vaccination-et-maladies-infectieuses/la-vaccination-contre-la-covid19/

QUAND FAIRE UN TEST DE DÉPISTAGE

** Il existe une nouvelle façon de faire le test rapide pour en augmenter la sensibilité.**

  • Afin d’augmenter les chances de détecter le virus, frotter l’intérieur de chaque joue pendant au moins cinq secondes avant de procéder au prélèvement dans les deux narines avec la même tige.
  • https://fb.watch/chGNE9fMpx/ (vidéo explicatif de la technique)

Nous vous rappelons que si vous avez un ou des symptômes de la covid-19 (toux, fièvre, symptômes du rhume, de la Grippe ou même de la gastroentérite), il est important de vous isoler et de passer un test rapide, ou un test PCR dans un centre de dépistage si vous faites partie de la clientèle cible prioritaire. Même si sa virulence n’est pas plus grande, comme il est plus contagieux, plus de personnes seront infectées et une augmentation des hospitalisations sera à prévoir malgré tout. Il demeure donc important de limiter nos contacts surtout avec les gens vulnérables.
https://aucoeurdemasante.ca/vaccination-et-maladies-infectieuses/depistage-et-traitement-de-la-covid-19/
Si ce test est négatif, répétez-le 24 à 72h après. En effet, le test rapide n’est pas fiable à 100%. Il permet de détecter entre 75 et 90% des cas si vous avez des symptômes, et seulement 30 à 50% des cas en l’absence de symptôme. De plus, avec les 2 derniers variants, le pic d’excrétion virale (quantité de virus que nous avons dans nos voies respiratoires) serait maximal entre les jours 3 et 6 des symptômes. Il est donc possible pour une personne d’avoir un test initialement négatif, mais qui deviendrait positif quelques jours plus tard. Dans le doute, testez-vous à nouveau au 3e, 4e ou 5e jours des symptômes.
Même si vos tests sont négatifs, il peut être prudent de ne pas rencontrer de personnes vulnérables et de vous isoler en présence de symptômes compatibles avec la covid-19.
Si votre résultat est positif, déclarez-le sur la plateforme du gouvernement et suivez les recommandations du guide autosoins.
Suivez aussi les consignes pour l’isolement en cas de test positif ou en cas de contact avec une personne positive sur le site web du gouvernement, ou encore en remplissant l’outil d’autoévaluation en ligne.

PAXLOVID
Ce traitement par voie orale, d’une durée de 5 jours, est maintenant disponible pour traiter les gens qui ont eu un test positif à la covid-19 (test rapide ou PCR), et qui sont à risque de complications. Il faut cependant le prendre dans les 5 jours suivant l’infection.
Pour obtenir une liste complète des personnes éligibles au traitement, visitez ce lien : https://www.quebec.ca/sante/problemes-de-sante/a-z/coronavirus-2019/symptomes-transmission-traitement/traitement-oral-contre-covid-19-paxlovidmc
Si vous désirez obtenir ce traitement, rendez-vous chez un pharmacien afin d’obtenir rapidement le médicament dans les 5 jours suivant le début des symptômes. Il n’est pas obligatoire de prendre rendez-vous chez votre médecin; sauvez une étape et allez voir directement votre pharmacien pour un service plus rapide. Par son expertise, il pourra vérifier si vous avez toutes les conditions nécessaires pour prendre le médicament et surtout qu’il n’y a pas de contre-indication.

Autres ressources :
Entrevue sur la covid-longue : https://ici.radio-canada.ca/ohdio/premiere/emissions/les-annees-lumiere/segments/entrevue/395422/covid-longue-symptome-clinique-falcone-decary?fbclid=IwAR0laMo26sTIqppSMz4FPCNmPxTAjYSpzz8dsLhh-aOL3FGB_ugmXYkjBXs
Autres informations sur la covid longue : https://aucoeurdemasante.ca/vaccination-et-maladies-infectieuses/la-covid-longue-ou-syndrome-post-covid/

MASQUE OBLIGATOIRE DANS LES MILIEUX DE SOINS

Dans tous les milieux de soins (cliniques médicales, hôpitaux, CHSLD, etc.), le masque demeure obligatoire. Dans ces endroits, vous risquez de côtoyer des personnes vulnérables avec un système immunitaire diminué en raison d’une maladie ou d’un médicament (chimiothérapie), un cancer, une maladie chronique ou toute autre condition les rendant plus vulnérables aux complications de la covid-19.

Ces pratiques de prévention pour protéger certaines personnes vulnérables devraient être suivies peu importe le virus. On parle beaucoup de la covid-19 car ce virus cause en général plus de complications que les autres chez cette population, mais lorsque quelqu’un ne se sent pas bien, fait de la température ou vient tout juste de se rétablir d’une infection, vaut mieux laisser passer un peu de temps avant de visiter un proche malade.

Vous aimerez peut-être aussi